Le Dpe Aujourd’Hui Au Centre Des Préoccupations Des Propriétaires

Publié le 31/05/2021

LE DPE AUJOURD’HUI AU CENTRE DES PRÉOCCUPATIONS DES FUTURS PROPRIÉTAIRES D’UN LOGEMENT

 Les performances énergétiques du logement qu’ils projettent d’acheter sont de plus en plus fréquemment au centre des préoccupations des candidats à l’acquisition. Que ce soit pour l’achat d’une maison ou d’un appartement en Haute-Savoie, le diagnostic de performance énergétique (DPE) prend de plus en plus d’importance.

Les candidats acquéreurs attachent de plus en plus d’importance au DPE

Des évolutions importantes dans la mentalité des candidats acquéreurs en matière de performances énergétiques ont été mises en évidence par une étude réalisée par OpinionWay pour SeLoger en février 2021. En effet, celles-ci sont devenues très importantes pour les futurs propriétaires qui en tiennent de plus en plus compte lors de la sélection de biens.

En effet, 87% d’entre eux se disent préoccupés par les performances énergétiques de leur future habitation et ils sont même 80 % à déclencher la visite seulement après avoir pris connaissance du DPE.

La préoccupation est telle pour 23 % d’entre eux qu’ils sont prêts à reconsidérer l’opportunité d’acheter le bien en cas de mauvais résultats au DPE.

Pour autant, il reste du travail d’information à faire du côté des propriétaires vendeurs car ils sont encore 35 % à ignorer si leur bien est considéré comme une « passoire thermique ».

Les futurs acquéreurs ne sont plus refroidis par les travaux

En effet, les candidats acquéreurs déclarent à 80 % que les travaux dans le but d’améliorer les performances énergétiques de leur futur logement ne sont plus rédhibitoires dans la mesure où de nombreuses aides financières existent dans ce cadre.

En outre, plus de la moitié d’entre eux se tiennent même régulièrement informés des aides financières dont ils pourraient bénéficier pour engager des travaux de rénovation énergétique.

Cependant, ce pourcentage dissimule une certaine disparité en fonction du type d’acquéreur :

  • 61 % sont des investisseurs ;
  • 49 % recherchent leur résidence principale ;
  • 48 % recherchent une résidence secondaire.

Du côté des propriétaires vendeurs, ils sont encore 52 % à ignorer l’existence même de MaPrimeRénov’ qui remplace le CITE depuis 2020 alors qu’ils pourraient en bénéficier et plus d'un tiers d’entre eux ne savent pas si leur logement se classe dans la catégorie des « passoires thermiques ».

Pour autant, les acquéreurs sont encore 13 % à indiquer ne pas être préoccupés par la performance énergétique de leur futur logement.

Ce constat montre qu’il reste encore des progrès importants à faire pour que la rénovation énergétique entre pleinement dans les préoccupations des futurs acquéreurs et surtout des propriétaires vendeurs.

Suivez l’actualité immobilière et rejoignez-nous